Регистрация завершена

Le 7 juillet 2017, la dixième session jubilaire de discussion du Centre d’urbanisme de Moscou Gorod a eu lieu dans le cadre du VI Forum urbain de Moscou (MUF). Sur le stand du Groupe de politique d’urbanisme et de la construction de la ville de Moscou dans le 75e pavillon du Centre des expositions de l’économie nationale VDNKh, où le programme d’affaires MUF-2017 se déroulait cette année, un marathon de discussion de trois heures «Défis modernes et solutions urbaines» a été tenu.

Les participants – délégués du Forum ont parlé des projets présentés à leur attention et ont participé aux discussions sur divers aspects du développement de l’agglomération de Moscou.

Le Marathon a été ouvert par Valery Fedorov, directeur général du VTsIOM, qui a présenté les résultats du travail du Centre d’urbanisme Gorod pour les deux années : un almanach publié à cette occasion recueille des interviews d’experts, les résultats des études sociologiques, des tables rondes et des discussions.

вциом, федоров, муф

Le rapport de Timur Bashkaev, architecte en chef du Cercle central de Moscou (MCC), a été consacré au nouveau paradigme dans l’urbanisme. Le développement du Centre de l’Agglomération moderne de Moscou est freiné, à son avis, par le paradigme du développement urbain existant. Le Centre de l’Agglomération doit accomplir la tâche principale – fournir le nombre maximum de services de meilleure qualité en un laps de temps le plus court possible. Sans un Centre dense, développé, il est impossible d’atteindre la qualité de l’ensemble de l’Agglomération. Mais la densification de la ville qui se déroule dans le paradigme existant de la ville « plate » conduit inévitablement à la perte de la qualité de vie due à la réduction des espaces urbains libres, à la quantité et la qualité de l’aménagement d’espaces verts. Aujourd’hui, chaque fonction de la ville, qu’il s’agisse du logement, du réseau routier, de l’aménagement d’espaces verts, des parkings, des services ou des communications souterraines, se voit dotée d’une zone urbaine distincte. Pour assurer la haute qualité de l’environnement urbain très dense, il est indispensable de passer à un nouveau paradigme urbain celui de la ville « verticale ». Il permettra de former des zones d’implantation multifonctionnelle de haute densité où il est possible de combiner des fonctions résidentielles et publiques à proximité immédiate des nœuds de transport. Le nouveau paradigme d’urbanisme permettra d’assurer le développement durable de Moscou avec l’amélioration simultanée de la qualité de l’environnement urbain.

башкаев, муф, мцк, мкжд

Cette approche est partagée par Sergey Nepomnyashchy, architecte en chef de l’Institut de l’hélioteсture. Les solutions et les technologies urbaines modernes permettent de créer des formes architecturales innovantes de construction urbaine et d’accroître sa densité et son efficacité non pas au détriment de la qualité de vie, mais, au contraire, grâce à la formation d’un véritable paysage naturel au niveau supérieur des plates-formes libre de circulation de véhicules. Ainsi, par exemple, la Ceinture des jardins peut se transformer en une zone de récréation à part entière, et il y aura des espaces verts aux étages des bâtiments.

непомнящий, гелиотектура, муф

Maksim Perov, directeur adjoint de l’Institut de planification territoriale Urbanica, a partagé son concept de nouveaux quartiers d’affaires de Moscou. Il a souligné l’une des principales raisons des problèmes de transport de Moscou – le déséquilibre de la répartition spatiale entre les lieux d’habitation et les lieux d’application du travail, lorsque la concentration extrêmement élevée d’emplois incombe au district administratif central. L’expert propose de résoudre ce problème par l’organisation de grands centres d’affaires et publics avec la prédominance de la fonction d’affaires à l’intersection des principales routes et chemins de fer avec de nouvelles structures circulaires : le Cercle central de Moscou et le troisième circuit d’échange de métro. Le développement de ces quartiers d’affaires avec les politiques fiscale et locative appropriées permettra de décharger de deux fois approximativement le district administratif central en densité des emplois et d’optimiser sensiblement les flux de transport.

Les exposés de plusieurs experts ont été consacrés au développement et l’aménagement d’ensemble des territoires.

Denis Kolokolnikov, Président du Conseil d’administration du groupe de sociétés RRG, sur l’exemple du projet ZILART a raconté comment se passe le redéveloppement de la ceinture industrielle de Moscou. Cette tâche est extrêmement compliquée, note l’expert, car il est nécessaire de créer des pôles autosuffisants et harmonieux selon le principe de « ville en ville », qui prévoit toutes les fonctions nécessaires : logement, emplois, infrastructure sociale, commerciale, transports, divertissements, espaces de repos. Ceci étant, il n’existe pas encore de normes ou de règles uniformes du développement des territoires. De tels projets nécessitent une analyse détaillée de l’environnement urbain autour du territoire aménagé, l’établissement des diagnostics et des scénarios de son développement, y compris le calcul de la population « diurne » et « nocturne » du territoire dans l’avenir, le calcul minutieux des volumes et types de biens immobiliers nécessaires, ainsi que des paramètres optimaux des locaux.

колокольников, rrg, муф, зиларт

Irina Ilyina, directrice de l’Institut des études régionales et de l’urbanisme de l’École supérieure de l’économie et ses collaborateurs ont présenté le projet « Parc de la santé Ligne de vie – satellite du pôle médical International à Skolkovo ». Cet énorme complexe, qui sera réparti sur 1000 hectares du territoire de l’écurie n°1 de Moscou dans la partie occidentale du Nouveau Moscou, deviendra le centre d’attraction pour les Moscovites, les touristes venus des régions de la Russie et les visiteurs étrangers. Les principes du développement d’ensemble du territoire ont été pleinement appliqués lors de la conception de ce pôle : la formation d’un système équilibré et polycentrique de relogement, la création de la qualité de vie élevée pour la population et le niveau d’emploi nécessaire de postes à haute qualification ; la préservation du territoire naturel unique particulièrement protégé.

Naïl Sayfullin, directeur du développement de l’AO Mosinzhproekt, a parlé aux participants de l’expérience de réalisation d’un autre projet d’ensemble dans le Nouveau Moscou en présentant le centre d’affaires et administratif qui est en construction près de la cité de Kommounarka. Le territoire du centre d’affaires Kommounarka à superficie de 550 000 hectares se trouve à 4 km de la MKAD ce qui avec le réseau de transport en développement, assurera à l’ensemble un lien étroit avec Moscou « historique ». Les routes y sont construites (y compris la chaussée de Kalouga et la route Solntsevo-Butovo-Vidnoé), deux lignes de métro meneront à Kommounarka – la continuation de la ligne Sokolnitcheskaïa et la ligne Oulitsa Novatorov-Stolbovo, deux pôles d’échange assureront le confort des déplacements. Dans le centre de Kommounarka il n’y aura pas de « déformation » du côté des logements : 4,8 millions de m² de l’immobilier construit, dont 1,3 million de m² seront affectés aux logements, alors que 1,7 million de m² – aux immeubles d’affaires. Le savoir-faire de ce projet réside dans le fait que la ville a décidé d’investir d’abord dans la création de l’environnement confortable, et à l’avenir des investisseurs y seront attirés sans obligations ultérieures.

сайфуллин, мосинжпроект, муф, коммунарка, ильина, экология, строительство

Les participants au Marathon n’ont pas négligé non plus le développement de l’infrastructure de transport de la capitale.

Ioulia Nikoulitcheva, directrice pour la Russie et la CEI, chef du service du conseil stratégique de la société JLL, a parlé de l’influence du développement de l’infrastructure de transport sur le marché immobilier. L’expérience internationale confirme que le développement des transports publics a un effet à long terme sur l’économie locale, où l’accessibilité aux transports a été considérablement améliorée. L’expérience russe montre que notre pays suit aussi cette tendance. Et s’il y a 15-20 ans encore, les acteurs du marché n’avaient pas d’expérience dans l’évaluation du niveau d’influence du développement des transports sur le marché immobilier et les entités d’affaires notaient généralement post factum l’effet de la réalisation d’un tel ou tel objet, alors après 2008 on voit le marché immobilier local croître 2-3 ans avant l’apparition d’un nœud de transport.

Alexandre Morozov, responsable en chef des projets AECOM, a cité les arguments convaincants en faveur de l’intégration du transport ferroviaire dans le système de transport de Moscou. Les trains électriques larges de 3,5 m, comprenant 12 voitures accueillent 2 fois plus de passagers que les rames de métro larges de 2,7 m avec 8 voitures. La ville dispose déjà de 200 km de lignes de chemin de fer, mais les tarifs, l’intégration au réseau et l’intégration organisationnelle absents, elles sont sous-utilisées dans le système de transport de Moscou. Les investissements dans l’infrastructure des chemins de fer de la ville, fonctionnant de la même façon que le cercle central de Moscou (MCC) (avec des tunnels sous le centre de la ville), sont plusieurs fois plus efficaces que ceux dans le métro vieilli qui ne fait plus face aux flux de passagers en raison de restrictions imposées par la taille des rames.

Andrey Barkovsky, conseiller du chef du Département pour le développement des nouveaux territoires de Moscou, a fait un cadeau aux participants au marathon de discussion –  des premiers exemplaires du livre « Nouveau Moscou, ville commode pour la vie », fraîchement paru qui parle des perspectives et des résultats du développement quinquennal des territoires annexés à la capitale.

Photos


  • муф 2017, строительство, мцу город

Vidéo (la langue russe)


Вопросы и обсуждения

0 комментариев

Laisser un commentaire